Archive pour la catégorie 'pour l’Espagne et l’Amérique latine'

De la psychogénéalogie

De quoi s’agit-il ,tout d’abord ? selon Wikipedia « , la psychogénéalogie est une théorie selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par les ascendants d’un sujet conditionneraient ses troubles psychologiques, ses maladies, et ses comportements étranges ou inexplicables « .

Je n’ai pas d’opinion arrêtée sur la psychogénéalogie ,peu importe d’ailleurs .L’important pour moi est que parfois des personnes, conseillées par leurs psychothérapeutes,me confient des recherches.Les difficultés rencontrées par ces personnes sont souvent  si grandes ,au quotidien,que je prends très au sérieux (comme toujours !) les investigations qu’ils me demandent d’effectuer.  Des recherches pas forcément compliquées ,d’ailleurs,mais les résultats eux sont pour ces clients d’une importance capitale.

Les curés espagnols et la crise économique

Faisant des recherches sur la province de Castellón (Espagne), j’ai téléphoné au diocèse pour demander que l’on me confirme les coordonnées téléphoniques d’un curé que je n’arrivais pas à contacter depuis des jours.On m’a confirmé que c’était le bon,et dit que si ça sonnait c’est que le curé avait toujours le téléphone.Toujours,en effet ,car on m’a précisé qu’à cause de la crise économique en Espagne et le manque d’argent certains curés renonçaient à avoir le téléphone fixe et préféraient se contenter du téléphone portable .

 

 

 

 

Publié dans:MES REFLEXIONS GENEALOGIQUES ET HISTORIQUES, pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 17 septembre, 2012 |Commentaires fermés

De l’importance du rapport généalogique

A chaque fois que je fais des recherches pour un client ,je rédige en même temps un rapport dans lequel je décris les investigations et démarches entreprises ainsi que les résultats obtenus.
La rédaction de ce rapport prend en général une heure,souvent plus et rarement moins.Je prends la moyenne et facture donc toujours une heure de travail pour la rédaction du rapport.

Il m’arrive parfois que le client me demande de ne pas rédiger ce rapport,afin qu’il puisse faire une économie d’argent (c’est du moins la raison principale invoquée) et parce qu’il veut avant tout qu’on lui communique rapidement les résultats. 

Les temps sont durs, c’est certain,et je comprends parfaitement qu’un client veuille économiser de l’argent et payer le moins possible . Et je comprends aussi que pour lui puisse compter avant tout la communication rapide des résultats  (on a le droit de ne pas aimer la lecture, je suis d’accord).
Cependant, je ne peux pas accepter la demande du client de ne pas rédiger un rapport,car celui-ci  est un élément très important : en effet,quand les recherches ont été fructueuses, le client veut prendre vite connaissance des résultats. Souvent,peu importe pour lui quelles recherches ont été effectuées,comment,pourquoi,dans quel but etc le rapport est souvent pour lui superflu. Par contre ,si les recherches ont été peu ou pas fructueuses,le client est souvent déçu et veut alors savoir  pourquoi il n’y a pas de résultats.C’est alors que le rapport est nécessaire,car il décrit les recherches entreprises,dit pourquoi elles ont été faites,et le client peut alors se rendre compte au final si le travail a été effectué correctement.Le rapport doit pouvoir convaincre le client que les recherches faites étaient nécessaires, pertinentes,utiles,et que le généalogiste est irréprochable.Le rapport est la garantie pour le client qu’il pourra vérifier le savoir-faire du généalogiste et que le travail a bel et bien été effectué. En outre,un rapport est souvent truffé d’astuces et de conseils,bien utiles au client s’il veut poursuivre seul les recherches.

C’est la raison pour laquelle je rédige toujours un rapport généalogique,et que le client a donc forcément au moins une heure de travail à régler. 

Un lieu de naissance inexact

Une personne ,retraitée et mordue de généalogie,m’avait contacté car elle voulait l’acte de naissance de sa mère née en 1908 à Huércal de Almería en Espagne.Toute sa vie il avait cherché ,en vain,cet acte de naissance.Pourtant,il avait la date de naissance précise de sa mère et savait qui étaient les parents.A priori,aucune difficulté à demander à l’officier d’état civil de rechercher l’acte .

Et pourtant : ayant personnellement demandé l’acte,on m’a répondu que rien n’a été trouvé. J’ai alors recherché l’acte de baptême de la mère,en vain.J’ai donc demandé au client s’il était CERTAIN que sa maman était née à Huércal de Almería.Il m’a répondu que c’est ce qui s’était toujours dit dans sa famille et que tous les documents qu’il avait indiquaient « Huércal (Almería) » . Almería est une province espagnole,l’équivalent d’un département français.La mère du client est donc née dans la province d’Almería, dans un village qui s’appelle Huércal.Mais il se trouve que dans la province d’Almería il y a deux Huércal : Huércal de Almería et Huércal Overa,pas très éloignés l’un de l’autre d’ailleurs.N’ayant pas obtenu de résultats sur Huércal de Almería,j’ai suggéré à mon client que sa maman pouvait être née à Huércal Overa et pas Huércal de Almería.Dans un premier temps,le client n’était pas emballé à l’idée de faire des recherches sur Huércal Overa car il n’avait jamais entendu dire que sa mère y était née.Un seul membre de sa famille disait qu’elle y était née,et personne d’autre.J’ai convaincu le client qu’il fallait chercher dans cette localité,car mon petit doigt me disait que la maman y était probablement née.Les clients me payant toujours les recherches à l’avance,le client hésitait à ce que j’entreprenne des recherches qui n’allaient peut-être,comme sur Huércal de Almería,pas donner de résultats.
Le client a tenté sa chance…..et a été récompensé : pas tout de suite,car l’acte de naissance n’a pas été trouvé en 1908 à Huércal Overa.Le curé ,en revanche,m’a adressé l’acte de baptême de l’ancêtre,un document qui donne des informations sur les parents et grands-parents et qui indique que tous étaient de Huércal Overa.Le curé ayant demandé une offrande en échange de l’acte,c’est avec plaisir que le client l’a lui a envoyée.

Je vous laisse imaginer le bonheur du client, lequel ne regrette pas d’avoir demandé de l’aide à un professionnel et d’avoir accepté des recherches dans un lieu différent de celui auquel il avait cru toute sa vie.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 31 août, 2012 |Commentaires fermés

Des ancêtres espagnols d’origine française

Mon collaborateur espagnol et moi venons de conclure pour un client des recherches absolument fascinantes aux résultats inattendus.

Mon client savait que son grand-père était né à Lérida,en Catalogne,et m’avait donné quelques informations au départ.
Habitant loin de la Catalogne,j’avais demandé à mon collaborateur (qui lui est quasiment sur place) de faire les recherches en différents endroits.
Le client,tenace et heureux de bénéficier d’une aide rapide sur le lieu même d’origine de ses ancêtres , est allé au bout des recherches et à aucun moment ne les a abandonnées.Mon client a dû accepter plusieurs contrats successifs,sur plusieurs mois,car les résultats étaient des fois au rendez-vous et parfois ne l’étaient pas.Mais quelle n’est pas la satisfaction du client aujourd’hui,car nos investigations ont permis de prouver que ses ancêtres étaient tous de Lérida aux 17,18 et 19 èmes siècles,et que vers l’année 1620 son plus ancien aïeul trouvé fut un français qui immigra de sa région natale,celle de Auch,pour aller se marier à Lérida avec une native de la ville.

En somme,mon client a découvert que ses ancêtres espagnols étaient d’origine française ,du Royaume de France comme disent les actes.  

Publié dans:MES REFLEXIONS GENEALOGIQUES ET HISTORIQUES, pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 13 août, 2012 |Commentaires fermés
1...678910...26

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude