Archive pour la catégorie 'pour l’Espagne et l’Amérique latine'

La généalogie et le latin

En faisant des recherches généalogiques,plus on remonte dans le temps plus on a de chance de tomber sur des documents écrits en latin.
         
Si nous n’avez pas ou peu de connaissances dans cette langue morte,vous risquez de ne pas y comprendre grand chose.Et si l’écriture n’est pas soignée,ou si la langue est écrite de manière abrégée (pour faire des économies de papier à des époques où il était rare et cher), vous risquez de ne rien comprendre du tout.Peut-être alors chercherez -vous de l’aide sur Internet ou ailleurs pour vous en sortir,et arriverez-vous alors à comprendre grosso modo ce que dit le document.Mais le grosso modo n’est pas toujours suffisant,un document peut contenir des petits détails (d’autant plus  petits que les documents étaient souvent écrits en latin de manière abrégée) ,détails qui peuvent donner des renseignements généalogiques importants et insoupçonnés. Un exemple:il y a quelques jours,j’ai dû transcrire et  traduire un acte de mariage en provenance d’Espagne dans lequel il était écrit que la mariée était « Dlla ».Cette abréviation,discrète et apparemment accessoire,indique en fait que la mariée était « domicella »,ce qui veut dire « damoiselle »,c’est-à-dire jeune femme issue de la noblesse.Un renseignement généalogiquement parlant très intéressant.
         
Voilà pourquoi je vous suggère de demander l’aide d’un généalogiste professionnel qui propose son aide en latin: car il a  probablement baigné dans le latin depuis son plus jeune âge,en l’étudiant à l’école.Ou parce qu’il l’a découvert plus tard,  l’a étudié par  nécessité à cause de ses recherches généalogiques,et a acquis une expérience et un savoir qu’il considère utiles aux autres. 
         
Cela dit,même pour un généalogiste professionnel habitué au latin et qui vous propose  son aide ,la tâche est parfois rude à cause des difficultées évoquées plus haut. 

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 8 juin, 2008 |Commentaires fermés

Dispense de consanguinité.

Si au détour de vos recherches généalogiques vous tombez sur une référence à une dispense de consanguinité,je vous conseille fortement de demander  à un professionnel (si vous n’avez pas d’autre solution) de chercher la dite dispense car elle est susceptible de vous donner de précieuses informations sur vos  ancêtres.

Tout d’abord,pour bien comprendre de quoi il s’agit,je vous suggère de lire ces explications très claires trouvées sur le net:  http://www.francegenweb.org/~wiki/index.php/Dispense_de_consanguinité
Je vous propose maintenant une illustration, cette demande que j’ai trouvée dans les archives de dispense de consanguinité formulée en 1709 : le curé du Bourg d’Oisans (Isère) demande à l’évêque d’accorder une dispense aux deux fiancés pour qu’ils puissent se marier.Ce document est très intéressant du point de vue généalogique puisqu’on y découvre l’identité des ancêtres des deux futurs conjoints jusqu’à leur ancêtre commun (un certain Alexandre Glodar,leur arrière-grand-père ).Entre les deux fiancés ,il y a  en droit canon (de l’église) une parenté au troisième degré,ils sont donc cousins issus de germains.Si vous ne comprenez pas ce que cela veut dire précisément,voici un article très clair :
http://pagesperso-orange.fr/f5zv/GENEALOG/G01/G01m.htm

Votre généalogie et les Mormons

Les Mormons se sont fixés comme but de baptiser,dans leur religion,leurs ancêtres.
C’est pourquoi ils entreprennent des recherches généalogiques sur leurs propres familles et microfilment toutes les archives qu’ils sont autorisés à microfilmer (dans les Archives Départementales,les églises etc..).Chacun peut penser ce qu’il veut des Mormons, évidemment, mais il serait dommage de ne pas bénéficier de l’immense aide que peut apporter l’impressionnante quantité de documents qu’ils ont microfilmés.

Prenons un exemple: vous découvrez que votre ancêtre est né à San Vicente de Alcántara (Badajoz) au 18 ème siècle. Les Mormons ont bien microfilmé les archives catholiques de cette localité ,  il est en outre possible de louer les microfilms et de les visionner dans le centre mormon le plus proche de votre domicile. Mais peut-être n’y a-t-il pas de centre mormon près de chez vous,ou n’avez-vous pas le temps de faire des recherches,ou encore ne comprenez-vous pas l’espagnol ?
Comme j’habite  à dix minutes en voiture du centre mormon de Grenoble,vous pouvez alors compter sur moi pour aller visionner calmement les microfilms et récolter un maximum d’informations.

 

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 12 mai, 2008 |Commentaires fermés

Recherches généalogiques en Espagne et Semaine Sainte.

A vous tous qui faites vos recherches généalogiques en Espagne ,je vous donne le conseil suivant: si vous envoyez vos demandes vers la fête de Pâques , soyez très patients.         
         
Pendant la Semaine Sainte (la semaine qui  précède le dimanche de Pâques) et parfois bien avant,les curés et leurs collaborateurs sont très occupés à préparer les différentes célébrations et ont donc bien autre chose à faire que de chercher nos ancêtres dans les archives.De même ,après la Semaine Sainte il y a une période de retour aux activités normales (après une longue période de Carême ) qui se fait souvent lentement.
Les mairies et autres registres civils ne sont pas non plus épargnés ,et leur activité à ce moment là de l’année est parfois très réduite car beaucoup de localités  et d’administrations lèvent le pied  et se remettent ensuite doucement au travail.
         
Rappelez-vous que la généalogie est une affaire de patience,encore plus selon l’époque et le pays.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 17 avril, 2008 |Commentaires fermés

Les curés espagnols et nos généalogies.

Quand vous écrivez à un curé espagnol pour lui demander un acte de catholicité , il arrive trop souvent  que vous n’ayiez pas de réponse.
         
A ce sujet , je voulais donner mon sentiment : un curé est une personne qui de nos jours est la plupart du temps très occupée, puisque chargée de plusieurs églises , parfois jusqu’à cinq (voir plus ! ). Autant vos ancêtres sont pour vous très importants, autant pour le curé à qui vous écrivez ( qui passe souvent son temps sur la route ,et à donner la messe ),ils ne le sont pas du tout .C’est en se souvenant de ceci qu’il convient de faire une demande ,et donc être compréhensif, patient ,ne pas “harceler” le prêtre en  accumulant des demandes trop rapprochées dans le temps, accepter l’idée que le curé va vous rendre un service en échange duquel il faut  être reconnaissant en envoyant une offrande (tout travail ne mérite t-il pas salaire ?).En fait ,certaines églises croulent littéralement sous les demandes de généalogistes,et souvent les curés qui n’ont pas un archiviste pour les aider n’ont pas envie de consacrer du temps à une activité peu (voir pas du tout ) rentable pour eux, ou parce qu’ils n’ont pas matériellement le temps.Signalons aussi  que ce n’est pas parce qu’un curé ne vous répond pas,qu’il faut abandonner : il n’est pas rare qu’un curé soit muté sur une autre paroisse,et que son succésseur soit disposé à vous rendre service.
Quoi qu’il en soit,rien ne vaut un coup de téléphone préalable au curé, ne serait-ce que pour savoir si l’on s’adresse à la bonne église,et si celle-ci a encore des archives.Cela évite d’attendre d’hypothétiques réponses par courrier, et de perdre patience et espoir.
         
Etant généalogiste professionnel, je peux entreprendre pour vous toutes  ces recherches.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 1 mars, 2008 |Commentaires fermés
1...2122232425

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude