Archive pour la catégorie 'pour l’Algérie française'

Problème de datation dans un acte de sépulture

J’avais demandé l’acte de sépulture d’une personne décédée en 1897 .
Le curé de l’époque avait précisé que la défunte était décédée à l’âge de 90 ans et comme date de naissance il était indiqué « l’an 8 ? » ( avec un ?).

J’avais au départ compris que la défunte était née en l’an 8 du calendrier républicain.Mais sachant que l’an 8 correspond à 1800,grosso modo,il y aurait une erreur car la personne étant décédée en 1897 à l’âge de 90 ans ,cela fait une naissance approximative en 1807 et pas 1800.
J’ai ensuite pensé que le curé ,notant en 1897 (soit presque un siècle après la disparition du calendrier républicain) la sépulture d’une personne décédée , n’aurait pas noté comme année de naissance l’an 8 mais 1800. Quelle idée aurait-il eu de faire référence en 1897 au calendrier révolutionnaire ? d’autant qu’il s’agit d’un curé,et que lui et vous et moi savons ce que les révolutionnaires ont fait contre l’église et le clergé.
Enfin,j’ai vérifié : l’an 8 du calendrier révolutionnaire s’écrit An VIII , avec une majuscule à An et VIII en chiffres romains.

L’erreur que j’ai commise au départ est de ne pas avoir compris que le curé parlait de l’an 8 du siècle dans lequel il vivait ,et que donc « an 8 » équivalait à 1808. Et « an 8 ? », avec un point d’interrogation à la fin ,indiquait que le curé n’était pas certain de l’année de naissance.

 

Un généalogiste familial professionnel peut-il se tromper ?

Un généalogiste familial peut-il se tromper ? voici la question qu’un client m’a posée.
La réponse que je lui ai adressée est la fameuse locution latine : errare humanum est. Si vous n’avez pas fait de latin,je vous la traduis : l’erreur est humaine .
Et oui, tout être humain est susceptible de se tromper . N’importe qui peut se tromper,c’est comme ça.
Donc un généalogiste familial professionnel peut se tromper, tout comme vous cher lecteur .
En ce qui me concerne, je ferai tout ce que je peux  pour ne pas me tromper ,ce sera un honneur pour moi de tout faire pour satisfaire au mieux votre demande généalogique . 

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 27 janvier, 2012 |Commentaires fermés

Un ancêtre mort d’un coup de feu

Je viens de finir des recherches pour une cliente dont l’ancêtre est décédé en 1840 d’un coup de feu.
C’est ce que dit son acte de sépulture,dans la marge duquel est dessinée une tête de mort .
Mais comment est-il mort exactement ? l’acte ne le dit pas.Assassiné ? suicidé ? victime de sa maladresse en manipulant une arme ?

Quoi qu’il en soit,j’ai été très étonné de trouver cette indication du coup de feu car en général les actes de décès ou de sépultures n’indiquent pas les circonstances de la mort.

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 12 décembre, 2011 |Commentaires fermés

Algérien descendant de couple mixte en Algérie française

Je viens de conclure des recherches particulièrement difficiles : mon client ,algérien,voulait savoir si à mon avis il peut prétendre à la nationalité française par filiation sachant que son arrière-grand-mère ,espagnole ,fut naturalisée française en Algérie française en 1895.

Je ne suis pas avocat,ni juriste,et n’ai aucune autorité en matière de naturalisation,mais étant habitué à étudier ces questions de nationalité et de naturalisation j’ai accepté de donner mon avis .Pour trouver la réponse ,qui n’était pas dans ce cas précis évidente, il a fallu que j’étudie à fond les législations successives en vigueur en Algérie française et concernant la nationalité française. La complexité du dossier venait surtout du fait que cette arrière-grand-mère s’était mariée,après sa naturalisation , en 1896 et selon le droit coutumier musulman avec un indigène .Tous les enfants du couple étaient musulmans,  aucune de leurs naissances ne sont inscrites dans les registres d’état civil français (mais ils le sont dans les registres indigènes).
Bref, les enfants issus de mariages « mixtes », c’est-à-dire nés de parents dont l’un était soumis au statut de droit commun et l’autre à un statut particulier,peuvent-ils être aujourd’hui français par filiation?

Je me suis efforcé de trouver la réponse,sachant que celles des administrations et des tribunaux ne sont pas toujours identiques.

Publié dans:pour l'Algérie française |on 15 novembre, 2011 |Commentaires fermés

Le généalogiste professionnel comme dernière solution

Une dame me contacte car elle souhaite quatre actes concernant ses ancêtres espagnols.Elle a toutes les informations précises (dates , lieux ,noms et prénoms).Elle me dit avoir fait des démarches depuis trois ans et à plusieurs reprises ,et n’a jamais eu de réponse.

Je prends donc en charge sa demande.Je m’adresse un matin ,et par mail,à l’archiviste qui selon moi pourra me fournir les documents.
Cinq minutes après,je vous jure ,cinq minutes après ( pas une de plus ) je reçois un mail de l’archiviste me disant que très bientôt je recevrai par courrier postal les actes.Je n’en crois pas mes yeux,remercie vivement l’archiviste et informe ma cliente.Celle-ci est sidérée ! c’est au même archiviste à qui elle avait écrit plusieurs fois en trois ans,et celui-ci ne lui avait jamais répondu.
On suppose que les demandes répétées de la cliente,écrites selon elle dans un mauvais espagnol,n’avaient pas retenu l’attention de l’archiviste. 

Quelques jours plus tard les actes étaient reçus ,quatre actes pour quarante euros .Dix euros par acte,c’est très peu. 

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 29 octobre, 2011 |Commentaires fermés
1...678910...19

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude