Archive pour la catégorie 'pour la région Rhône-Alpes'

L’insinuation

Tout d’abord, de quoi s’agit-il?Pour répondre à cette question,je vous propose la lecture de l’article le plus clair à ce sujet que j’ai trouvé sur internet.Je l’ai  déniché sur le site des Archives départementales des Deux-Sèvres:http://archives.deux-sevres.com/archives79/Recherchestypes/Acc%C3%A9der%C3%A0unactenotari%C3%A9/Linsinuationde1539%C3%A01790/tabid/178/Default.aspx
         
Si lors de vos recherches vous voulez découvrir si votre ancêtre a fait un testament,ou a signé un contrat de mariage etc je vous conseille fortement  de demander à un professionnel de vous aider:celui-ci saura en effet chercher son enregistrement mais aussi son insinuation,laquelle peut vous donner bien des renseignements généalogiques.
         
Vous trouverez ci dessous une illustration,avec cette insinuation de 1711 où l’on découvre que les mariés ont passé un contrat de mariage chez maître Foity à Vinay (Isère) .Il n’y a plus qu’à chercher dans les minutes de ce notaire le contrat de mariage.
  

                                                       insinuationsetdenombrements020.jpg

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 21 juillet, 2008 |Commentaires fermés

Généalogie et légendes familiales

Les légendes familiales sont ces histoires , parfois extraordinaires et souvent enviables,que l’on continue de raconter au sujet de tel ancêtre ou de nos familles: certains ont en effet , d’après ce qui se dit dans leurs familles depuis des générations, un grand-oncle ayant été à la Cour de tel monarche, ou sont descendants de tels personnages illustres.D’autres encore ont du sang bleu ,ou sont soi-disant descendants de Christophe Colomb…..tant de légendes que l’on souhaite un jour pouvoir vérifier.
         
Si certaines s’avèrent véridiques,d’autres sont des allégations parfois totalement infirmées par des recherches généalogiques sérieuses :me concernant ,les anciens de ma famille avaient l’habitude de dire que nous étions proches cousins du général Franco,légende qu’ils n’ont cessé de véhiculer jusqu’à leurs morts sans en n’avoir jamais apporté ne serait-ce qu’un commencement de preuve.Les recherches généalogiques approfondies que j’ai menées m’ont permis de conclure que cette légende n’était pas fondée,et que son origine devait être farfelue: je soupçonne les anciens de ma famille, pieds-noirs qui aimaient bien exagérer et fanfaronner,d’avoir créé cette légende de toute pièce et/ou d’avoir fait un rapprochement hâtif entre eux et le général.
         
C’est pourquoi quand un client me contacte pour élucider une légende concernant un ancêtre ,je le préviens qu’il faut être pointu dans les recherches,et accepter l’idée que celles-ci puissent être longues et ne pas confirmer la légende.

Généalogie protestante

Les investigations relatives aux  protestants sont absolument passionnantes,et bien plus compliquées que pour les catholiques .

En effet,avant l’édit de tolérance de  1787 ,les pasteurs étaient itinérants afin de ne pas être  attrapés,ils voyageaient donc avec les registres « sous les bras »,de localités en localités.
Ce qui signifie que si une famille restait dans une localité,et qu’un enfant de cette famille était baptisé par un pasteur,ses frères et sœurs pouvaient très bien être baptisés par d’autres pasteurs aux époques antérieures et postérieures,ce qui  complique énormément les recherches car il faut consulter les registres de tous les pasteurs vu que les registres étaient eux aussi itinérants.
Pour les ancêtres catholiques il suffit de rechercher dans les archives des paroisses, lesquelles n’étaient pas itinérantes.

On peut aussi trouver aux archives départementales, en plus des registres du Désert,les dossiers relatifs aux nominations des pasteurs (où figurent leurs prestations de serment ), les décisions prises de détruire ou construire les temples,les contentieux relatifs aux cimetières etc  

                                                            

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 25 juin, 2008 |Commentaires fermés

Le testament

S’il est un document que je vous suggère vraiment de vous procurer ou faire procurer,concernant une personne objet de vos recherches, c’est bien le testament.
         
C’est un document qui peut vous donner bien des informations sur la famille du testateur (ou testatrice ),mais surtout sur son patrimoine.
Sous l’Ancien Régime,c’est-à-dire avant la Révolution française ,le testament parlait surtout de messes,de salut de l’âme , de legs,il  avait une conotation  religieuse typique de l’époque.Par la suite,il a traité principalement de biens,d’héritage,de successeurs,il est devenu tout bonnement matérialiste et beaucoup plus riche en renseignements (généalogiques,entre autres).
         
Quoi qu’il en soit,il vaut mieux confier à un généalogiste professionnel la recherche de ce type de document car celle-ci peut être difficile :si vous connaissez  par exemple la date du testament mais pas le lieu de sa signature, que ferez-vous ?D’autre part,sous l’Ancien Régime surtout ,il était souvent écrit dans la langue de l’époque,avec une caligraphie et une orthographe parfois déconcertantes , une écriture  pas toujours soignée :il  peut donc y avoir un travail délicat de paléographie à mener,que le professionnel mènera avec passion et compétence dans la mesure où il est habitué à ce genre de documents.
         
 

                                                                              

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 22 juin, 2008 |Commentaires fermés

La généalogie et le latin

En faisant des recherches généalogiques,plus on remonte dans le temps plus on a de chance de tomber sur des documents écrits en latin.
         
Si nous n’avez pas ou peu de connaissances dans cette langue morte,vous risquez de ne pas y comprendre grand chose.Et si l’écriture n’est pas soignée,ou si la langue est écrite de manière abrégée (pour faire des économies de papier à des époques où il était rare et cher), vous risquez de ne rien comprendre du tout.Peut-être alors chercherez -vous de l’aide sur Internet ou ailleurs pour vous en sortir,et arriverez-vous alors à comprendre grosso modo ce que dit le document.Mais le grosso modo n’est pas toujours suffisant,un document peut contenir des petits détails (d’autant plus  petits que les documents étaient souvent écrits en latin de manière abrégée) ,détails qui peuvent donner des renseignements généalogiques importants et insoupçonnés. Un exemple:il y a quelques jours,j’ai dû transcrire et  traduire un acte de mariage en provenance d’Espagne dans lequel il était écrit que la mariée était « Dlla ».Cette abréviation,discrète et apparemment accessoire,indique en fait que la mariée était « domicella »,ce qui veut dire « damoiselle »,c’est-à-dire jeune femme issue de la noblesse.Un renseignement généalogiquement parlant très intéressant.
         
Voilà pourquoi je vous suggère de demander l’aide d’un généalogiste professionnel qui propose son aide en latin: car il a  probablement baigné dans le latin depuis son plus jeune âge,en l’étudiant à l’école.Ou parce qu’il l’a découvert plus tard,  l’a étudié par  nécessité à cause de ses recherches généalogiques,et a acquis une expérience et un savoir qu’il considère utiles aux autres. 
         
Cela dit,même pour un généalogiste professionnel habitué au latin et qui vous propose  son aide ,la tâche est parfois rude à cause des difficultées évoquées plus haut. 

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 8 juin, 2008 |Commentaires fermés
1...181920212223

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude