Archive pour la catégorie 'pour la région Rhône-Alpes'

De l’importance de bien informer le généalogiste professionnel.

Je viens de finir des recherches pour un client dont l’ancêtre était ,selon lui,originaire du second arrondissement de Lyon.
Les recherches étaient à priori pour moi faciles ,et bien entendu pas besoin d’être généalogiste professionnel pour comprendre qu’il fallait chercher au départ dans les archives du second arrondissement de Lyon.Je les ai consultées en long,en large et en travers,et plus d’une fois.Résultats ? rien ,le néant absolu.
J’ai cru devenir franchement très mauvais en généalogie professionnelle !
J’ai adressé au client le rapport en précisant les recherches entreprises ,et en indiquant les résulats obtenus..à savoir aucun.
Le client m’écrit dans la foulée pour s’excuser : son ancêtre était originaire de Lyon 1 ,pas de Lyon 2 !une étourderie monumentale ,sept heures de travail pour aucun résultat et ce à cause de l’ENORME erreur de départ du client.

Conclusion : quand vous me donnez les informations pour commencer les recherches,vérifiez,vérifiez et vérifiez encore si elles sont exactes.Sinon,vous risquez de gaspiller votre argent.

Quand les recherches généalogiques deviennent un calvaire.

Faisant des recherches pour un client ,j’ai dû appeler une paroisse de l’île de Mallorca afin de demander un acte de baptême.
Le curé n’était pas là,mais je suis tombé sur le bedeau.Très vite je me suis rendu compte qu’il était bègue,ce qui d’emblée a compliqué ma démarche.La communication devenant casiment impossible,j’ai demandé au monsieur s’il pouvait avertir le curé que j’avais appelé et que je souhaitais l’acte de baptême d’une personne.En précisant que je rappellerais à une autre heure,à laquelle selon lui le curé serait présent.Il a répondu favorablement à ma demande,et pour anticiper mon futur rappel je lui ai demandé de noter les informations concernant le baptisé,à savoir nom,prénom et date de naissance.Cela n’allait pas se faire sans difficultées,car le monsieur m’a dit qu’il n’avait pas appris à lire et écrire couramment ,mais qu’il ferait de son mieux pour noter les renseignements.Au moment où je lui ai dit que je parlerais très doucement et de manière très articulée pour qu’il puisse les transcrire ,je me suis lancé et lui ai dit : « j’épelle » ( en espagnol : « deletreo ».)Ayant dit « deletreo »,il a commencé à noter lentement : »d,e,l,e  etc ».J’ai alors expliqué que le nom de famille du baptisé n’était pas « deletreo »,mais que je voulais épeler son nom.Le monsieur ne comprenant pas cette explication,j’ai alors constaté que j’étais en nage et que ma patience avait atteint ses limites.J’ai alors dit à ce brave monsieur (brave ,car il voulait vraiment m’aider) que je rappelerais dans la soirée,et que j’allais raccrocher.

Ayant pu parler au curé,j’ai par la suite obtenu l’acte que je souhaitais.Ce petit récit n’a qu’un but: celui de prouver (si besoin) que quand les recherches généalogiques deviennnent très difficiles et peut-être désespérées,il faut toujours persévérer.

Recherches généalogiques en Hongrie.

La Hongrie ,je ne connais pas .D’après ce qu’on m’a dit,Budapest est une ville magnifique.En tout cas ,il y a encore quelques jours je n’aurais jamais imaginé que j’y ferais des recherches généalogiques.En fait,ma belle-soeur a des ancêtres hongrois,c’est ce qui s’est toujours dit dans sa famille sans pour autant l’avoir jamais prouvé de manière certaine.
J’ai fait des recherches minutieuses,et au bout de cinq heures de travail j’ai trouvé l’acte de baptême de son ancêtre Paul ,né dans les années 1750 et marié à Annecy en 1795 (An III de la République).La chance que j’ai eue est que l’acte est en latin ,langue que j’ai apprise et langue officielle depuis toujours de l’Eglise catholique,et pas en hongrois.
D’autres recherches permettraient peut-être de découvrir les raisons pour lesquelles ce hongrois, potier,alla vivre à Annecy (qui en 1795,soit dit en passant,était dans le département du Mont-Blanc).Le village natal est aujourd’hui en Slovaquie ,les deux guerres mondiales y sont pour quelque chose.

Bref ,j’adore mon métier.

Une légende familiale en moins !

Je viens de finir des recherches pour une personne qui m’avait donné des informations de départ,lesquelles situaient ses ancêtres à Zaragoza (Aragon,Espagne).Au bout de quelques heures de travail j’ai pu démontrer que la légende familiale,comme quoi les ancêtres étaient de l’Aragon,était totalement fausse : ils n’avaient aucun rapport avec l’Aragon,en revanche une branche familiale s’appelait Zaragoza,comme la ville.Les anciens de mon client avaient perpétué la légende comme quoi les origines famiales étaient de Zaragoza,en Aragon , confondant le patronyme Zaragoza avec le toponyme .

Chers lecteurs  : une fois de plus je le redis ,méfiez-vous des « on dit que »,des légendes familiales .Ces dernières peuvent s’avérer totalement infondées .

Grenoble en 1943.

Je devais rechercher dans les archives judiciaires le jugement d’une personne qui avait été condamnée en 1943 ,à Grenoble,pour fabrication de fausses pièces d’identité.

Et oui,la généalogie professionnelle ne consiste pas qu’à reconstituer des arbres généalogiques,c’est aussi s’intéresser à l’histoire personnelle des gens,à leurs vécus.
J’ai consulté les jugements de 1943,en n’oubliant pas bien entendu que nous étions alors en pleine guerre et que Grenoble fut occupée par les italiens jusqu’en septembre 1943,puis par les allemands après.Ces archives judiciaires permettent tout à fait de s’imaginer comment on vivait alors à Grenoble,et de constater pour quelles raisons on était alors le plus souvent puni : adultère,abandon de chantier (de jeunesse ,bien entendu), sabotage,distribution de tracts subversifs, grivèlerie,outrage à agent ,vol etc…
Je n’ai malheureusement pas retrouvé le jugement que je cherchais,car ceux du deuxième semestre de l’année 1943 ont disparu ( alors que les tribunaux les ont bien versés aux Archives départementales) pour des raisons inconnues.Par contre ,les registres de 1942 et 1944 ont été intégralement conservés.

Pas de chance pour moi ni pour le client,mais c’est la vie.Personne n’y peut rien.Les recherches généalogiques (professionnelles ou pas) se heurtent parfois aux lacunes archivistiques.

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 3 février, 2016 |Commentaires fermés
12345...22

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude