Archive pour la catégorie 'MES REFLEXIONS GENEALOGIQUES ET HISTORIQUES'

Un bébé exorcisé

En faisant des recherches pour un client ,dans les registres de baptêmes du 17 ème siècle et du village de Arredondo (en Espagne), je suis tombé sur quelques actes  dans lesquels le curé a écrit avoir exorcisé le nouveau-né.

C’est la première fois que je tombais sur une référence à une telle pratique,et rien n’est précisé dans les actes quant aux motifs de ces exorcismes.
Je connaissais,comme vous probablement,la possibilité de l’exorcisme catholique sur des personnes plus ou moins âgées,mais sur un nouveau-né je n’en avais jamais entendu parler.
 

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 15 janvier, 2010 |Commentaires fermés

Les recherches généalogiques concernant les protestants …

…..sont difficiles , je veux parler ici des protestants ayant vécu à la période de leur clandestinité , appelée le Désert :en effet ,entre 1685 (révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV ) et l’Edit de tolérance de  1787  ,les pasteurs étaient itinérants afin de ne pas être  attrapés,ils voyageaient donc avec leurs registres « sous les bras », de localité en localité.
Ainsi , si une famille restait pendant des décennies dans une même localité et qu’un enfant de cette famille était baptisé par un pasteur,ses parents pouvaient très bien avoir été mariés quelques mois auparavant par un autre pasteur ,ses frères et sœurs pouvaient eux très bien avoir été baptisés quelques années avant ou après par d’autres pasteurs etc ce qui  complique  sérieusement les recherches car il faut consulter les registres de tous les pasteurs ayant exercé dans la paroisse en question vu que leurs registres étaient eux aussi itinérants.
En d’autres termes ,les registres du Désert ne se trouvaient pas comme pour les catholiques archivés dans un même lieu ( la paroisse du curé ).

Les recherches que j’ai entreprises jusqu’à présent aux Archives Départementales de l’Ardèche et de la Drôme , concernant les ancêtres protestants de mes clients,ont donc été bien  plus difficiles que s’il avait été question de chercher dans les archives catholiques.
Ceci dit,avant de consulter les registres tenus par les pasteurs clandestins du Désert,j’ai consulté d’autres archives,la plupart du temps inconnues ou peu appréciées des amateurs,et qui m’ont facilité les recherches puisqu’elles m’ont permis rapidement de découvrir des dates  de naissance ,mariage et décès, que j’aurais trouvées bien plus difficilement avec la seule consultation des registres du Désert.

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 27 décembre, 2009 |Commentaires fermés

Le cadastre

De toutes les recherches que m’ont confiées jusqu’à présent mes clients,celles relatives au cadastre français ont vraiment été des plus intéressantes.

En effet,voici des archives qui permettent de suivre le parcours des propriétés ayant appartenu à vos ancêtres (propriétés foncières,non bâties et bâties),comme par exemples une maison,une cave,une vigne,un pré etc ,de découvrir quand ils les ont achetées et vendues,et donc de rechercher les actes notariaux ou d’autre nature qui s’y rapportent ,lesquels actes fournissent en général beaucoup de renseignements sur vos aïeux et leurs familles comme leurs modes de vie,leurs entourages,les événements ayant jalonné leurs existences…
En d’autres termes,  j’adore consulter les archives cadastrales car elles aident énormément  à retracer la vie d’une personne et à ne pas limiter cette vie à son commencement et à sa fin (au travers de ses actes de naissance et de décès ).

Des recherches généalogiques trois étoiles,comme je l’ai évoqué dans un précédent article,et que j’exercerai avec plaisir si vous me le demandez concernant vos ancêtres ayant vécu en région Rhône-Alpes.

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 10 décembre, 2009 |Commentaires fermés

Les recherches en Catalogne espagnole

Les recherches généalogiques qui concernent la Catalogne sont particulières,c’est en tout cas ce que je constate de plus en plus,bien plus maintenant qu’il y a cinq ou dix ans.

Le problème est celui de la langue catalane,qu’à priori nul n’est censé connaître s’il veut faire des recherches généalogiques dans cette région:en effet,même si l’Espagne reconnaît plusieurs langues régionales ,qui sont plus ou moins parlées dans les régions concernées,l’espagnol reste la langue officielle du royaume.
Si je fais des recherches en pays basque, je sais que je n’ai pas besoin de comprendre le basque et que les sites consultés sur Internet me proposeront toujours une version espagnole ,toujours.
Si je fais des recherches en Galice,je sais que si je trouve un site internet  concernant cette région je pourrai le lire en espagnol, et peut-être en galicien si la version galicienne existe.
Pour les recherches en Catalogne,c’est plus compliqué :en faisant des recherches dans cette région,plus d’une fois je suis tombé sur des sites officiels d’institutions publiques (mairies etc ) ,ou privées (diocèses etc) ,ne proposant que la consultation en catalan,la version espagnole n’existant même pas.
Cela dit,je tiens à préciser qu’en leur parlant au téléphone,ou en échangeant avec eux à l’écrit des mails ou courriers postaux,mes interlocuteurs catalans m’ont toujours jusqu’à présent renseigné ou aidé ,et presque toujours ( à une seule exception) répondu en espagnol.

En conclusion, si vous me demandez de faire des recherches en Catalogne ,je devrai prendre en compte ce « problème » au moment de préparer mon devis et envisager peut-être plus de travail que pour toute autre région espagnole.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 29 novembre, 2009 |Commentaires fermés

De la différence entre transcription et traduction

Parfois les recherches de mes clients me plongent dans des époques où la façon d’écrire est parfois éloignée,voir très éloignée,de la façon d’écrire d’aujourd’hui.
Certains textes peuvent être ainsi totalement incompréhensibles pour le lecteur moderne, l’aide d’un spécialiste s’avère dans ce cas indispensable.
En quoi va consister cette aide ? à transcrire dans un premier temps le texte,à le déchiffrer à la virgule près sans le transformer aucunement.Transcrire ce texte peut être une tâche très ardue si son auteur n’a pas soigné son écriture,si la langue employée est très ancienne,et surtout s’il a employé beaucoup d’abréviations (à certaines époques, le papier étant rare et cher,souvent on écrivait avec des abréviations afin de gagner de l’espace ).

Une fois ce travail de transcription terminé,s’impose la phase qui intéresse en général le client,à savoir la traduction du document en langue moderne (en français et espagnol,voici les traductions que je vous propose),afin qu’il puisse comprendre ce qui est écrit.Je me permets de vous signaler que j’ai rédigé en 1989 un mémoire de maîtrise universitaire,entièrement consacré à la paléographie puisque j’ai dû transcrire des textes espagnols originaux du début du 17 ème siècle et dont le thème était celui des relations entre l’Espagne et la république de Venise de 1617 à 1618.

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 22 novembre, 2009 |Commentaires fermés
1...2122232425...38

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude