Archive pour octobre, 2011

Le généalogiste professionnel comme dernière solution

Une dame me contacte car elle souhaite quatre actes concernant ses ancêtres espagnols.Elle a toutes les informations précises (dates , lieux ,noms et prénoms).Elle me dit avoir fait des démarches depuis trois ans et à plusieurs reprises ,et n’a jamais eu de réponse.

Je prends donc en charge sa demande.Je m’adresse un matin ,et par mail,à l’archiviste qui selon moi pourra me fournir les documents.
Cinq minutes après,je vous jure ,cinq minutes après ( pas une de plus ) je reçois un mail de l’archiviste me disant que très bientôt je recevrai par courrier postal les actes.Je n’en crois pas mes yeux,remercie vivement l’archiviste et informe ma cliente.Celle-ci est sidérée ! c’est au même archiviste à qui elle avait écrit plusieurs fois en trois ans,et celui-ci ne lui avait jamais répondu.
On suppose que les demandes répétées de la cliente,écrites selon elle dans un mauvais espagnol,n’avaient pas retenu l’attention de l’archiviste. 

Quelques jours plus tard les actes étaient reçus ,quatre actes pour quarante euros .Dix euros par acte,c’est très peu. 

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine, pour la région Rhône-Alpes |on 29 octobre, 2011 |Commentaires fermés

Citoyenneté espagnole des descendants de Morisques

Tout d’abord ,un peu d’histoire :  les Morisques étaient les Maures d’Espagne après l’effondrement de leur empire (1492).Ils furent convertis de force ou se convertirent librement au catholicisme,puis furent  expulsés définitivement au début du XVII ème siècle.
Je viens de faire des recherches intéressantes pour un algérien qui souhaitait savoir s’il pouvait devenir espagnol ,car selon lui son ancêtre avait vécu en Andalousie et était Morisque.Etant bien informé,il savait qu’en octobre 2006 le Parlement andalou souhaitait une loi qui autorisât l’accès à la citoyenneté espagnole
aux descendants de Morisques.Le Parlement espagnol devait alors y réfléchir.Cette mesure pourrait bénéficier ,en théorie,à beaucoup de personnes vivant actuellement au Maroc , Algérie,Tunisie, Mauritanie, Mali,Turquie etc

Les recherches m’ont permis de me plonger dans la loi espagnole ,actuelle et relative à la nationalité.
Une remarque importante : mon client m’avait fourni un arbre généalogique,qu’il était arrivé à confectionner à partir d’un livre qu’avait écrit un historien algérien et dans lequel il était question à un moment du passage de l’Espagne vers l’Algérie d’un supposé ancêtre de mon client (car tous deux ont le même nom ) .Le problème est que ,pour le généalogiste professionnel français,seules comptent les preuves écrites.En généalogie occidentale,il faut avoir les actes d’état civil et/ou religieux (actes de naissance, baptême, mariage etc) pour pouvoir établir un arbre généalogique.Et il faut pouvoir prouver qui sont les parents (père et mère) de tous les individus afin de démontrer de manière logique et irréfutable les filiations successives.
Mon client ,lui,n’avait aucune preuve écrite et se basait sur l’arbre généalogique constitué à partir des affirmations de l’historien dans son livre. Certes ,ces affirmations ont certainement été le fruit de recherches approfondies à partir de documents anciens ,mais  l’auteur n’en mentionne pas les références . Le livre n’indique que les filiations masculines et les prénoms des hommes, mais surtout ne présente aucune preuve généalogique irréfutable. Quelques périodes sont évoquées,de rares dates sont mentionnées mais pas de lieux.Difficile de reprocher quoi que ce soit à l’auteur du livre ,puisque ce dernier est historique et pas généalogique, j’ai toutefois averti mon client que sa généalogie implique des recherches approfondies et sûrement très longues et ardues.

Publié dans:pour l'Algérie française, pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 17 octobre, 2011 |Commentaires fermés

Un curé espagnol lunatique

Souvent mes clients me disent avoir butté contre les réponses négatives des curés espagnols par rapport à leurs généalogies :refus de chercher l’acte de baptême de la grand-mère,affirmation qu’un registre (justement celui dont on a besoin ) est manquant,pas le temps de faire les recherches etcRécemment,une cliente m’avait demandé de rechercher les éventuels frères et soeurs d’une personne née en 1937 dans un petit village isolé du Pays Basque espagnol.

Au téléphone,le curé m’avait déclaré sans même vérifier que les registres de ces années-là se trouvaient au diocèse.Contacté aussi par téléphone, le diocèse m’avait répondu après vérifications que pas du tout,que les registres se trouvaient à la paroisse.Le curé m’avait-il donc menti ? vous le saurez dans un instant.
J’ai alors décidé d’écrire au curé pour faire ma demande,en annonçant cette fois que j’étais généalogiste professionnel (je ne l’avais pas fait au téléphone) et en envoyant ma carte professionnelle .J’évoquais dans mon courrier ma volonté de le rémunérer pour la recherche et les informations.Deux semaines plus tard,je recevais la liste des neuf frères et soeurs ,le curé ne me réclamant aucune somme d’argent .
Pourquoi donc le curé m’avait-il menti au téléphone ? je pense que, comme je ne lui avais pas dit que j’étais généalogiste professionnel il n’avait pas pris au sérieux ma demande.La carte professionnelle ,elle,lui permettait de vérifier sur internet que j’en étais bien un,et il a alors jugé  la demande sérieuse.
D’autre part,comme je ne demandais pas d’acte de baptême (il lui aurait alors fallu beaucoup de temps pour rédiger tous les documents) mais juste une liste avce les dates de naissance et les prénoms,il avait dû trouver le travail que je lui demandais pas excessif.

Cet exemple,et d’autres que j’ai déjà évoqués sur ce site,sont l’illustration que le généalogiste professionnel peut surmonter des difficultés que ne peut pas un amateur ,et que le professionnel doit tout faire pour satisfaire le client y compris combattre les mensonges et la mauvaise volonté de ses interlocuteurs et convaincre ces derniers.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 10 octobre, 2011 |Commentaires fermés

Les délits commis par un républicain

Un client espagnol m’avait demandé de faire des recherches sur son grand-père,républicain et emprisonné en 1939 dans la caserne-prison Almansa,de Tarragona.

Les archives relatives à la guerre civile espagnole existent ,sont bien conservées et l’on peut y trouver des informations inattendues. C’est ainsi que j’ai découvert que l’ancêtre de mon client avait commis,dans son village natal et en septembre 1936, des délits en compagnie d’autres camarades.Le document que j’ai trouvé raconte en quelques lignes ,tapées à la machine ,les délits et désigne très précisément les coupables, les victimes,les faits,les lieux,les adresses.Ces informations étaient totalement inconnues de mon client.Et trouver le document ne fut pas facile car le nom du grand-père de mon client était orthographié de deux manières différentes et erronées,à la fois dans le document lui-même et dans son indexation.Mais les recherches généalogiques sont parfois rendues compliquées par une imprécision ,un détail.

Si vous recherchez des informations sur votre ancêtre ,républicain ,je pourrai vous aider.Et si votre ancêtre était nationaliste,je pourrai aussi vous aider.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 5 octobre, 2011 |Commentaires fermés

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude