Généalogie et patronymes espagnols

Depuis quelques semaines,je fais des recherches généalogiques pour un client espagnol dont les ancêtres sont de Arredondo (Cantabrie).
Comme il m’a donné des dizaines de personnes à rechercher,sur plus de trois siècles,j’ai commandé les microfilms des Mormons pour pouvoir tranquillement faire les investigations.

Comme vous le savez sûrement,une personne espagnole porte le nom de son père suivi de celui de sa mère:par exemple,le poète Federico Garcia Lorca s’appelle comme ça parce que son père s’appelait Garcia et sa mère Lorca.
En consultant les bobines,j’ai vérifié que cette coutume est presque toujours respectée  mais j’ai constaté que le curé notait parfois les  patronymes de façon inexacte,probablement à cause du fait que les personnes qui lui donnaient les patronymes de chaque ancêtre (au moment d’enregistrer les baptêmes,mariages etc) lui en donnaient tant  qu’il en arrivait à tout confondre .
Peut-être aussi que les paroissiens eux-mêmes se trompaient en donnant les informations.
Il faut aussi prendre en compte ceci : jusqu’à la création de l’état civil en Espagne en 1871 ,l’ordre des patronymes n’était pas forcément d’abord celui du père,suivi de celui de la mère. Il est vrai qu’en général le nom parternel était utilisé en premier, mais dans la pratique il pouvait y avoir beaucoup d’exceptions,selon les coutumes ,les régions ,les époques, l’intérêt para rapport aux héritages  ou une décision personnelle: on pouvait,par exemple,utiliser uniquement le nom de la mère  -particulièrement chez les filles ,mais pas seulement- ou d’une grand-mère maternelle,ou mettre d’abord le nom de la mère suivi de celui du père ,ou créer un nom composé.

Ce qui complique considérablement les recherches et implique des vérifications multiples afin de découvrir quel est le nom exact du père et de la mère de chaque individu.

Sachez donc que ce problème de la transcription des patronymes espagnols existe ,souvent dans les registres de catholicité et beaucoup moins dans ceux de l’état civil ,et qu’il vaut peut-être mieux confier ses recherches à un professionnel habitué à cette gymnastique , afin de ne pas récupérer un arbre truffé d’erreurs.

Publié dans : pour l'Espagne et l'Amérique latine |le 6 août, 2009 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude