Archive pour février, 2008

Mauvaise nouvelle.

En faisant des recherches en Espagne, il arrive trop souvent qu’on vous annonce une mauvaise nouvelle.En exemple ,voici un mail que m’envoya un jour le curé de Jarafuel (province d’Alicante ):

Estimado Señor:

Ha escrito al lugar correcto, puesto que yo soy el párroco de Santa Catalina, virgen y mártir, de Jarafuel.
Pero siento informarle que lo que Vd. precisa no se puede encontrar en ningún lugar, ya que en la Guerra Civil de 1936 fueron destruidos todos los archivos del pueblo, tanto el parroquial como el municipal.
Por lo tanto, no consta nadie nacido antes de 1939, año en el que finalizó esta guerra.

Reciba un cordial saludo.

Fco. de Borja Escrivá Muñoz, Cura-Párroco.

Si vous ne comprenez pas l’espagnol,je vous indique que le curé ne peut m’aider tout simplement parce que les archives de sa paroisse brûlèrent pendant la guerre civile 36-39,ce qui fut le cas de beaucoup d’églises .
         
Faire des recherches généalogiques en Espagne,c’est prendre le risque de recevoir ce type de mauvaise nouvelle .

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 29 février, 2008 |Commentaires fermés

Pourquoi le clergé espagnol parfois ne nous aide -t-il pas ?

Quant on fait des recherches généalogiques en Espagne ,on prend parfois le risque de ne pas être aidé.
         
Personnellement ,il m’est arrivé quelques fois de découvrir que mon interlocuteur me mentait en me disant qu’il ne pouvait pas m’aider ,et ne pouvait pas m’envoyer tel ou tel acte:
concrètement,il a toujours été question d’acte de catholicité , les autorités civiles espagnoles étant  en général serviables si on leur demande des documents qu’elles ont.En revanche,un curé peut très bien vous répondre qu’il ne peut pas vous aider parce que les archives brûlèrent pendant la guerre civile , ou parce que les archives sont lacunaires et que   l’acte dont vous avez besoin a disparu dans les flammes.Il n’est pas rare que l’on vous réponde ceci , et une vérification le confirme presque tout le temps.
Mais un curé débordé,ou pas du tout intéressé par la recherche de vos ancêtres etc peut très bien vous répondre l’argument (l’excuse ,devrais-je dire )de la guerre civile, alors qu’il n’en est rien :il s’agit alors d’un mensonge ,mieux vaut alors attendre qu’un nouveau curé remplace le menteur  et retenter sa chance.
         
Un curé peut très bien aussi ne pas vouloir vous aider en vous disant clairement pourquoi,et la raison  parfois en est l’attitude déplorable des généalogistes:en effet, trop  d’entre eux demandent des actes sans les payer à posteriori, promettent de payer et ne paient pas,ou donnent des offrandes dérisoires. Cette attitude est condamnable et il faut bien comprendre que cela scandalise et décourage un nombre important de curés, de  même qu’il faut montrer du doigt les curés que l’on paie par avance et qui ne répondent pas.
         
Recherches généalogiques doivent rimer,selon moi,avec honnêteté, courtoisie et savoir-vivre ,de la part  du demandeur  comme de l’interlocuteur espagnol.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 28 février, 2008 |Commentaires fermés

Naissance de père inconnu et déclaration de grossesse.

Il est possible que vous soyez bloqué dans vos recherches parce que vous découvrez que votre ancêtre était de père inconnu.
         
Si cela  s’est passé sous l’Ancien Régime ou pendant la période révolutionnaire,il est tout à fait possible de retrouver le père en cherchant dans les déclarations de grossesse.
J’en ai par exemple trouvé une aux archives départementales de Grenoble,qui date de 1794 et faite devant le juge de paix à Roybon (Isère):on y lit des renseignements sur le père de la femme(nom, prénom ),sur la femme (nom,prénom,âge,domicile )et sur l’homme qu’elle prétend être le  père du futur enfant (nom,prénom,profession,domicile).
Des renseignements très intéressants du point de vue généalogique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les déclarations de grossesse, je vous suggère la lecture de cet excellent article:
http://www.geneafrance.org/rubrique.php?page=grossesse

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 27 février, 2008 |Commentaires fermés

Recherches généalogiques en Espagne et patience…

Quand on fait des recherches  en Espagne et que l’on s’adresse à une institution civile (registre civil,mairie,archives municipales ), il est fréquent que l’on vous réponde assez rapidement, deux ou trois semaines  en général.Les fonctionnaires ne faisant que le travail pour lequel ils sont payés,ils s’occupent de votre demande  tout  naturellement si celle-ci a été clairement formulée .Pour une petite mairie d’un petit village ,ouverte que quelques jours voir quelques heures par semaine,la réponse peut vraiment tarder à venir et il faut alors s’armer de patience (il m’est arrivé d’attendre plus de trois mois).

Là où la patience est vraiment nécessaire,c’est quand on  s’adresse à une  église ( dans d’autres articles j’ai déjà abordé ce sujet ), j’insisterai seulement sur la nécessité absolue  de savoir attendre :
si vous me contactez pour vos recherches,  je les entreprendrai sur telle paroisse et mettrai en oeuvre tous les moyens pour obtenir des résultats…mais ceux-ci pourront mettre plusieurs semaines à venir, voir plusieurs mois , et vous et moi dépendrons entièrement du bon vouloir de mon interlocuteur sur place  (curé, archiviste de paroisse ou d’archives municipales ,officier d’état civil etc ) , sans garantie ni obligation  de résultats car  le généalogiste familial est tenu à une obligation de moyens.

Publié dans:pour l'Espagne et l'Amérique latine |on 27 février, 2008 |Commentaires fermés

Listes électorales censitaires

Les listes électorales constituent parfois une source très intéressante quand on fait des recherches généalogiques car ,selon l’époque ,on peut y trouver beaucoup de renseignements.
         
Aux archives de Grenoble,j’ai par exemple consulté les listes d’électeurs de 1818 : sachant que le suffrage était à l’époque censitaire (c’est-à-dire qu’il  fallait payer au minimum 300  francs pour pouvoir voter) ,je m’attendais à avoir des précisions sur les dits électeurs  notamment sur leurs fortunes personnelles.
Consulter ces listes permet donc de découvrir si vos ancêtres avaient ou non de l’argent et ,de manière moins certaine,s’ils habitaient tel lieu à telle époque.
Prenons au hasard la ville  de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs : pour
chacun des électeurs il est mentionné ce qu’ils ont payé pour pouvoir voter, et pour certains il est même joint à la liste électorale leur acte de baptême ou de naissance.
         
Si vous me confiez vos recherches généalogiques,je pourrai si besoin consulter ces listes censitaires .

                                                   

Publié dans:pour la région Rhône-Alpes |on 25 février, 2008 |Commentaires fermés
12

Groupe Blanc |
ManueandCo |
Lilas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jacquotte
| mellehachi
| Loic & Marie-Aude